Compresseurs IDE

MADE IN GERMANY

RÉFLEXIONS SUR LA DIRECTIVE EUROPÉENNE RELATIVE AUX SYSTÈMES DE REMPLISSAGE D'AIR RESPIRABLE OU POURQUOI "MADE IN GERMANY" ?

Les réglementations légales existantes sont en partie remplacées ou abrogées par la directive européenne sur les équipements sous pression, dont le délai de transition ou de transposition de 5 ans a commencé à courir le 29 novembre 1999. Cela signifie que pendant ces 5 ans, l'ordonnance nationale sur les récipients sous pression et la nouvelle directive européenne peuvent être appliquées. Si un fabricant certifie un récipient sous pression ou un ensemble selon la nouvelle directive CE après le 29.11.1999, cette certification et le traitement qui en découle selon la nouvelle directive CE doivent être reconnus par les autorités des pays membres.

Les exploitants de stations de remplissage ne cessent de manifester leur mécontentement et leur incompréhension, car certaines autorités ont encore un peu de mal à mettre en œuvre les nouvelles directives et, dans certains Länder, ces directives européennes et même fédérales sont obstinément ignorées.

Dans de nombreuses conversations à ce sujet, il devient vite évident qu'il n'y a pas d'arbitraire ou de harcèlement de la part des autorités, mais que cela est souvent dû à l'incertitude dans l'application des nouvelles dispositions et surtout au recul, grave pour nous Allemands (d'ailleurs, certains de nos voisins pensent la même chose), des normes de sécurité atteintes chez nous, dont l'autorité qui délivre les autorisations doit finalement éventuellement répondre en cas d'accident.

La libéralisation des dispositions dans le domaine des récipients sous pression et des installations, qui doit conduire à l'intérieur de la CE à l'adaptation future des normes de sécurité à un niveau commun, signifie dans certains domaines des pertes considérables, non sans danger, en matière de sécurité pour les exploitants de telles installations.

Il convient ici de vous démontrer, à l'aide d'un exemple, pourquoi certaines autorités, et en premier lieu les experts du TÜV, travaillent ici (à juste titre selon moi, opinion de l'auteur) avec beaucoup d'inquiétude à l'élaboration d'une nouvelle réglementation nationale adaptée et moderne et ont actuellement tant de mal à obtenir des autorisations.

exemple :

Le boîtier de filtre final en aluminium d'un fabricant de compresseurs connu dans un pays européen correspondait à un réservoir sous pression de classe II selon l'ordonnance allemande sur les réservoirs sous pression.

(volume contenu x pression max. = <200) dans ce cas (0,749 L x 265 B = 198,49)

Les récipients sous pression de la classe II ne nécessitaient pas d'examen de type, mais seulement une attestation du fabricant et un marquage correspondant.

Selon la nouvelle directive européenne, le même réservoir sous pression d'une contenance de 0,749 l peut être soumis à une pression inimaginable de 1000 bars, sans qu'un examen de type ou autre ne soit exigé.

Il suffit d'un certificat du fabricant attestant que ce récipient sous pression et sa fabrication sont conformes aux "bonnes pratiques d'ingénierie".

A ce sujet, il est permis de poser la question à laquelle chacun peut répondre : "Qu'est-ce qu'une bonne pratique d'ingénierie en Allemagne par rapport au Portugal ou à la Grèce ?"

Sans vouloir offenser nos voisins, il peut s'agir d'une différence importante, mais qui représente pour nous un recul de plusieurs décennies en matière de sécurité. Imaginons que l'équivalent autrichien de notre ordonnance sur les récipients sous pression, l'ordonnance sur les chaudières à vapeur, qui est presque identique sur les points les plus importants, date encore de la monarchie K+K. Il s'agit d'une ordonnance qui n'a pas été modifiée depuis.

Les récipients sous pression dépassant la valeur 200 nécessitent dans tous les cas un examen de type du BAM (Bundesamt für Materialprüfung). Lorsque le fabricant méridional susmentionné fabriquait des compresseurs de 300 bars et les filtres correspondants, il raccourcissait simplement les tubes de filtre pour rester dans la classe II des récipients sous pression, afin d'économiser des examens de type coûteux et des frais. Bien entendu, il ne le faisait que si les clients allemands ou autrichiens l'exigeaient (dans d'autres pays, et en particulier dans le pays de ce fabricant, les réglementations n'intéressent pas tellement, surtout lorsqu'il s'agit de celles d'autres pays - ils sont loin). Une manière d'agir qui serait impensable pour les fabricants allemands, ne serait-ce que pour des raisons de responsabilité.

En conclusion, vous pouvez partir du principe que les fabricants allemands ou autrichiens conscients de leurs responsabilités continuent de construire leurs installations selon les règles éprouvées telles que les "fiches AD" ou les "règles techniques pour les gaz et les récipients sous pression". C'est une manière de rendre justice au "Made in Germany", autrefois proverbial à juste titre, et de démontrer ainsi le progrès technologique et la qualité.

Pendant des décennies, les fabricants italiens ont préféré acheter des voitures allemandes ou des machines allemandes pour fabriquer leurs produits. Ce n'est pas un hasard et les fabricants allemands feraient bien de se souvenir un peu des anciennes traditions et d'utiliser ce recul technologique en matière de sécurité imposé par Bruxelles comme une chance de récupérer un peu de "Made in Germany".

La sécurité des installations et des machines ne doit faire l'objet d'aucun compromis et encore moins d'un retour en arrière. Les pays en retard sur ce point doivent au contraire essayer de rattraper leur retard avec l'aide des membres de l'industrie de haute technologie. Les reculs technologiques n'apportent aucun progrès, aucune innovation et sont donc également des reculs en matière de niveau de formation ou provoquent une émigration encore plus massive des bons spécialistes.

En aucun cas, cet article ne doit donner l'impression que l'auteur ou l'industrie sont contre l'Europe ou veulent appeler au boycott de certains fabricants des pays membres.

L'idée de l'Europe n'est certainement pas que chaque membre renonce à son identité. Avec cette politique, l'Europe court de plus en plus le risque de perdre technologiquement son image déjà écornée et devient ainsi un "partenaire" de plus en plus commode pour les Américains (ou un "candidat au rachat" à l'ère de la mondialisation et de la prise de contrôle des marchés).

Il y a toutefois une chose que nous pouvons apprendre des Américains et dont nous pouvons tirer profit, c'est un peu plus de fierté nationale.

D'OÙ LA DEVISE - QUALITÉ ET SÉCURITÉ - MADE IN GERMANY